Quelles sont les différentes fautes d’un notaire ?

Dans plusieurs domaines, le notaire est indispensable. Une fois qu’il est sollicité, il doit faire son travail dans le respect des normes. Le non-respect de ses normes l’expose à des sanctions d’ordres civiles et pénales. Quand un notaire se trouve-t-il en faute ? Dans la suite de cet article, vous allez découvrir les conditions dans lesquelles le notaire est en faute.

Les fautes d’un notaire dans l’immobilier

Un notaire est un professionnel qui intervient dans le secteur immobilier en plus d’autres secteurs. Dans l’immobilier, il doit bien accomplir sa mission. Avant de transformer un local, l’autorisation de la préfecture est nécessaire. Le notaire doit donc informer son client des conséquences lorsque la modification a été effectuée sans cette autorisation. Lorsqu’il ne le fait pas, il est en faute. Il peut être aussi en faute pendant la rédaction de la promesse vente. S’il oublie d’exiger la production de certificats administratifs qui montre que le local doit être utilisé comme un bureau et que le bénéficiaire a pris cet aspect comme condition pour sa promesse de vente, il est en faute. Dans le cadre de la rédaction du bail, sa responsabilité peut être engagée.

Il a l’obligation de s’assurer que le certificat d’affectation que l’administration lui délivre n’est pas erroné. Lorsqu’ils sont deux sur un acte, ils doivent interroger l’administration sur le certificat d’affectation concernant les logements vendus. Lorsqu’ils ne le font pas, leur responsabilité sera engagée.

Briser le secret professionnel

Dans tous les domaines dans lesquels un notaire intervient, il est contraint de respecter la confidentialité. Ce qui veut dire qu’il ne peut jamais briser le secret professionnel. Lorsqu’il le fait, il est exposé à une diversité de sanction. La violation donc du secret de confidentialité est sanctionnée par le paiement de 15 000 euros accompagné d’un 12 mois d’emprisonnement. Il faut dire aussi que le notaire peut faire face à des sanctions disciplinaires après une telle faute. Puisqu’il s’agit d’un acte contraire à l’honneur et à la probité. Lorsque le non-respect de la confidentialité a eu de conséquence, le notaire fera face à des sanctions civiles. Pour éviter que cela ne cause beaucoup de dégâts, le tribunal peut interdire que les secrets ne soient pas utilisés dans une procédure.

Les fautes à caractère pénal

Le notaire peut dans l’accomplissement de ses missions commettre des fautes. Certaines de ces fautes vont le conduire devant des sanctions pénales. En effet, la rédaction de faux en écriture est infraction pénale. C’est la même chose pour le détournement de pièces. Lorsqu’il se rend coupable de l’une de ses fautes, il doit faire face à des sanctions pénales. Il faut dire qu’il a la responsabilité de procéder à l’authentification des actes. Lorsqu’il détourne ces actes à d’autres fins, il doit être sanctionné. Par ailleurs, il est appelé à faire une déclaration de soupçon lorsqu’il constate un dysfonctionnement dans les finances d’une personne. Il doit le faire au niveau du service TRAFCFIN. Lorsqu’il ne le fait pas, cela constitue aussi une faute et l’expose à des sanctions.

En résumé, le notaire doit accomplir ses différentes missions dans le respect des exigences légales. Lorsqu’il ne le fait pas dans les normes, il sera face à des sanctions disciplinaires, civiles et pénales.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*