Comment déterminer la surface habitable d’un bien immobilier

Introduction

La surface habitable est un élément essentiel à connaître lors de l’achat, de la vente ou de la location d’un bien immobilier. Elle permet d’évaluer la valeur du bien et d’optimiser son utilisation. Pour déterminer la surface habitable d’un logement, il faut prendre en compte plusieurs critères et suivre une méthodologie précise. Dans cet article, nous vous présenterons les différentes étapes pour calculer la surface habitable d’un bien immobilier.

Définition de la surface habitable

La surface habitable est définie par l’article R111-2 du Code de la construction et de l’habitation comme étant « la surface de plancher construite, après déduction des surfaces occupées par les murs, cloisons, marches et cages d’escaliers, gaines, embrasures de portes et de fenêtres ». En somme, il s’agit de l’espace disponible pour aménager le logement.

Les éléments à prendre en compte dans le calcul

Pour calculer la surface habitable d’un bien immobilier, il faut tenir compte des éléments suivants :

  • La superficie des pièces principales : séjour, chambres, salle à manger,
  • La superficie des pièces annexes : cuisine, salle(s) de bain, WC,
  • La superficie des espaces de rangement : placards, dressings,
  • Les éventuelles surfaces annexes privatives : balcon, terrasse, loggia, cave, grenier aménageable.

Il convient de noter que certaines surfaces ne sont pas prises en compte dans le calcul de la surface habitable :

  • Les espaces dont la hauteur sous plafond est inférieure à 1,80 mètre,
  • Les combles non aménageables,
  • Les caves et sous-sols non aménagés,
  • Les garages et parkings,
  • Les locaux techniques et les dépendances.
A découvrir aussi  Les avantages et inconvénients de la location saisonnière meublée

Méthodologie pour mesurer la surface habitable

Pour mesurer la surface habitable d’un bien immobilier, voici une méthodologie en quatre étapes :

  1. Mesurer les dimensions des pièces : à l’aide d’un mètre ruban, mesurez la longueur et la largeur de chaque pièce et notez ces dimensions. N’oubliez pas de prendre en compte les espaces de rangement et les surfaces annexes privatives.
  2. Calculer la superficie de chaque pièce : multipliez la longueur par la largeur de chaque pièce pour obtenir sa superficie. Notez ces résultats.
  3. Additionner les superficies des pièces : additionnez toutes les superficies pour obtenir le total.
  4. Déduire les surfaces non prises en compte : soustrayez du total obtenu à l’étape précédente les surfaces non prises en compte dans le calcul de la surface habitable (murs, cloisons, embrasures…).

Cette méthodologie vous permettra d’obtenir la surface habitable de votre bien immobilier. Vous pourrez ainsi déterminer avec précision sa valeur et optimiser son aménagement.

Les erreurs à éviter lors de la mesure

Pour obtenir un résultat fiable, voici quelques erreurs à éviter :

  • Oublier de mesurer certaines pièces : assurez-vous de mesurer toutes les pièces principales, annexes et espaces de rangement.
  • Ne pas tenir compte des surfaces non prises en compte : n’oubliez pas de soustraire les surfaces non prises en compte dans le calcul de la surface habitable (murs, cloisons, embrasures…).
  • Utiliser un mètre ruban inadapté ou peu précis : veillez à utiliser un mètre ruban adapté et précis pour vos mesures.

La loi Carrez

En plus de la surface habitable, il est important de connaître la surface privative d’un bien immobilier selon la loi Carrez. Cette loi, datant du 18 décembre 1996, concerne les biens en copropriété et a pour objectif d’informer l’acquéreur sur la superficie réelle du logement qu’il souhaite acheter. La surface privative est définie comme étant « la superficie des planchers des locaux clos et couverts après déduction des surfaces occupées par les murs, cloisons, marches et cages d’escaliers, gaines, embrasures de portes et fenêtres ».

Pour être considérée comme une surface privative selon la loi Carrez, une pièce doit avoir une hauteur sous plafond d’au moins 1,80 mètre et être située à l’intérieur du logement. Les caves, sous-sols, remises, garages, terrasses, balcons, vérandas et autres volumes vitrés non aménagés ne sont pas pris en compte dans le calcul de la surface privative.

Le calcul de la surface privative selon la loi Carrez est similaire à celui de la surface habitable. Cependant, il convient de noter que ces deux notions sont distinctes et peuvent donner lieu à des résultats différents. Il est donc important de connaître les deux superficies pour évaluer correctement un bien immobilier.

A découvrir aussi  Les obligations du propriétaire en matière de sécurité incendie

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*